Qu'est-ce que la Réflexothérapie ?

Mais qu’est qu’un microsystème exactement ?

C’est une zone du système nerveux où convergent des faisceaux de neurones (des territoires distincts du corps empruntent les mêmes fibres nerveuses – voies de communication du système nerveux). De cette convergence, le corps entier peut se retrouver représenté sur une zone bien définie comme le pied ou la main. Il existe plusieurs microsystèmes  dans le corps : les pieds, les mains, le visage, les oreilles, le dos et le crâne. Ces microsystèmes sont découpés en zones dites réflexes.

Lréflexothérapie combinée consiste en la stimulation de points réflexes par différentes techniques (chaleur, acupression, stimulation par micro fréquence, etc..) afin de favoriser la régulation naturelle des échanges neurobiologiques pour améliorer la santé générale.

 

Le réflexe se définit comme une réponse rapide à une stimulation déterminée, spécifique et localisée. L’observation clinique de la douleur ou de la modification cutanée d’une zone réflexe guide le choix des techniques de sa stimulation ainsi que celle des microsystèmes.

Les zones réflexes

 

Ce sont des représentations de l’innervation d’un organe, d’une partie du corps ou d’une glande, dans le cerveau.  Lorsqu’elles sont stimulées, elles envoient une information dans le cortex cérébral où est représentée la zone que l’on veut réguler (prenons par exemple la zone des reins, que l’on voudrait réguler par la stimulation réflexe plantaire) : une série de phénomènes chimiques (endocrine) et électriques (système nerveux) se déclenchent afin de véhiculer une information homéostatique vers la zone considérée (zone des reins).

Un réflexothérapeute observe l’état de zones réflexes afin de noter les éventuels déséquilibres. Il stimule ensuite des zones réflexes appartenant à différents microsystèmes afin de réguler l’ensemble du corps, rétablissant ainsi l’homéostasie.

 

Lhoméostasie est l’état d’équilibre des différents systèmes du corps humain. Quand cet état est menacé ou perdu, le bien-être de l’individu s’en trouve perturbé de manière plus ou moins sérieuse.